homme fouille son bagage

Un agent de sécurité peut-il contrôler mon sac à main ?

homme fouille son bagage

Un agent de sécurité vous a demandé de contrôler vos affaires personnelles lors de votre sortie du magasin ? Vous vous demandez si cela est
permis par la loi ou si vous pouvez refuser ? MSP Sécurité vous répond.

Ce que les agents peuvent faire

Les agents de surveillance, de gardiennage ou de sûreté, peuvent inspecter visuellement les bagages à main à l’intérieur des bâtiments ou dans la limite des lieux dont ils ont la garde.

Il n’est pas habituel qu’un agent de sécurité fouille ce bagage, (mettre les mains à l’intérieur du bagage), cependant ils sont autorisés à le faire uniquement si la personne contrôlée donne son accord.

femme regarde son sac à main

Le refus du contrôle de bagage

Si la personne refuse, l’agent de sécurité est interdit de forcer le contrôle.

En revanche, si la personne a commis un flagrant délit, par exemple : l’agent a vu que l’individu introduisait un objet du magasin dans son sac. Il a le droit d’appréhender l’individu sur le fondement de l’article 73 du code de procédure pénale.

Il devra ensuite faire appel aux forces de police ou de gendarmerie territorialement compétentes qui pourront procéder à la fouille du bagage.

Si le flagrant délit n’a pas été constaté, il est légalement impossible de retenir cette personne. Ce refus à un agent de sécurité n’est pas puni par la loi.

D’un autre côté, si l’agent de sécurité est à l’entrée d’un site, il pourra refuser l’accès à une personne ne voulant pas que son bagage soit contrôlé. Cela dans le cadre du plan vigipirate (dispositif de lutte contre le terrorisme)

Prestation au Salon Lycée Avenir, Nîmes

Jeudi dernier nos agents ont assuré la sécurité du salon « Lycée Avenir » au Parc des Expositions à Nîmes.

Entre les missions de nos agents : contrôler les entrées et les sorties du bâtiment, prévention de tout acte de malveillance, garantir la sécurité du public, service de sécurité incendie, et plus encore…

Regardez le réel de la prestation sur Instagram :

MSP Sécurité, c‘est plus de 8 ans d’expérience dans le domaine de la sécurité/sûreté.

Données à caractère personnel : quels sont mes droits et comment les défendre ?

Toutes les informations qui permettent de vous identifier en tant qu’individu sont considérées des données à caractère personnel. Votre nom, vos coordonnées postales, et même votre adresse mail ou direction IP vous appartiennent. Vous êtes libre de les partager ou les communiquer lors des inscriptions, d’achats en ligne, etc.

En France, la protection des données personnelles est encadrée par la loi du 6 janvier 1978 dite « Informatique et libertés ». Aujourd’hui, dans la journée mondiale de la protection de données, MSP Sécurité tient à vous rappeler vos droits pour que vous preniez en main votre sécurité personnelle.

Quels sont mes droits ?

 

Vous avez le droit :

  • de demander des informations sur le traitement de vos données ;
  • d’obtenir l’accès aux données à caractère personnel détenues à votre sujet ;
  • de demander que les données à caractère personnel incorrectes, inexactes ou incomplètes soient corrigées ;
  • de demander que les données à caractère personnel soient effacées lorsqu’elles ne sont plus nécessaires ou si leur traitement est illicite ;
  • de vous opposer au traitement de vos données à caractère personnel à des fins de prospection ou pour des raisons liées à votre situation particulière ;
  • de demander la limitation du traitement de vos données à caractère personnel dans des cas précis ;
  • de récupérer vos données personnelles, dans un format utilisé et lisible par machine, pour un usage personnel ou pour les transférer à un autre organisme ;
  • de demander que les décisions fondées sur un traitement automatisé qui vous concernent ou vous affectent de manière significative et fondées sur vos données à caractère personnel soient prises par des personnes physiques et non uniquement par des ordinateurs. Dans ce cas, vous avez également le droit d’exprimer votre avis et de contester lesdites décisions ;

Qu’est-ce qu’il faut faire si mes droits ne sont pas respectés ?

En cas de dommage matériel ou moral lié à la violation du RGPD, vous pouvez contacter premièrement le responsable du traitement de données qui a transgressé les normes. Vous disposez également d’un droit de recours. Vous pouvez déposer une réclamation auprès de la Commission nationale Informatique et libertés (CNIL) ou introduire une action collective en faisant notamment appel aux associations nationales agréées de défense des consommateurs.

Pass vaccinal : ce qui change pour nos agents de sécurité

C’est officiel, dès ce lundi le pass vaccinal entre en vigueur. Il ne suffit plus de détenir un test négatif pour se rendre aux lieux suivants :

– Restaurants et débits de boisson,
– Foires, séminaires et salons professionnels,
– Activités de loisirs,
– Grands magasins et centres commerciaux (définis par décret),
– Les déplacements de longue distance par transports publics interrégionaux.

Ce qui change pour nos agents de sécurité

La vérification de concordance d’identité sera possible. Les agents de sécurité ou les personnes qui contrôleront les passes vaccinales sont désormais autorisés à demander un document officiel comportant une photographie du détenteur du pass. Cela dans l’effort d’éviter la fraude.

Notre solution pour les travailleurs isolés

Les travailleurs qui se trouvent hors de vue et de voix, sont considérés comme des travailleurs isolés. Que vous soyez agent de prévention et de sécurité durant la nuit, infirmier à domicile ou que vous vous rendiez temporairement dans une salle située loin de vos collègues (archives ou réserve par exemple), vous pouvez vous retrouver en position de « travailleur isolé ». Tout le monde peut donc être concerné par cette situation.

Q'est-ce qu'elle dit la loi ?

L’obligation générale d’assurer la sécurité et la santé de ses employés est définie par l’article L230-2 de la loi n°91-1414 du 31 décembre 1991 (Code du Travail), les chefs d’entreprise concernés par le travail isolé doivent également se conformer à l’article R237 du décret n°92-158 du 20 février 1992 (Code du Travail) qui requiert que « Lorsque l’opération est exécutée de nuit ou dans un lieu isolé ou à un moment où l’activité de l’entreprise utilisatrice est interrompue, le chef de l’entreprise extérieure concerné doit prendre les mesures nécessaires pour qu’aucun salarié ne travaille isolément en un point où il ne pourrait être secouru à bref délai en cas d’accident »,  en outre « un travailleur isolé doit pouvoir signaler toute situation de détresse et être secouru dans les meilleurs délais ». (article R4543-19 du décret n°2008-1325 du 15 décembre 2008 du Code du Travail).

Quelle solution pour nos salariés ?

À MSP Sécurité, nous tenons à assurer la sécurité de nos salariés.

Notre dispositif de PTI détecte automatiquement la perte de verticalité du système et émet une vibration et un son pour alerter l’agent. En cas d’absence de réponse, une alerte est automatiquement envoyée à notre service d’astreinte qui est opérationnel 24/24 et 7 jours sur 7.

En plus l’agent a la possibilité de :

  • Faire un appel d’urgence rapide ;
  • Être géolocalisé ;
  • Demander du renfort auprès de ses collègues ;
  • Être suivi en temps réel ;
  • Etc…

 

Reconnaissance faciale vignette

Reconnaissance faciale : le futur de la sécurité ?

Dans la vidéo :

La reconnaissance faciale se répand dans plusieurs pays.

Les défenseurs des droits de l’homme craignent l’impact que cela pourrait avoir sur leurs vies privées.

Un gouvernement autoritaire pourrait s’en servir à des fins contestables.

En France, la reconnaissance faciale est de plus en plus utilisée.

Son usage doit se limiter aux enquêtes pour des crimes ayant entraîné la mort ou des blessures graves et pour la recherche des personnes disparues.

Son utilisation a été envisagée pour assurer la surveillance des Jeux Olympiques d’été.

Technopolice dénonce que les Jeux Olympiques sont l’occasion pour le gouvernement français et les industriels de s’allier et normaliser la reconnaissance faciale.

Le délégué interministériel aux Jeux olympiques et paralympiques Michel Cadot s’est prononcé sur ce sujet.

Il a assuré que la reconnaissance faciale a été écartée des Jeux Olympiques.

Néanmoins, le débat sur cette technologie est de plus en plus présent au niveau national, européen et mondial.

Est-ce que la reconnaissance faciale deviendra un jour l’essence de la sécurité ?

Pour en savoir plus : CNIL

Les risques professionnels : un rappel des obligations

Le rapport annuel de l’Assurance maladie « L’Essentiel 2020, Santé et sécurité au travail » est apparu ce 21 décembre 2021. Reprenant les faits marquants et les chiffres de la sinistralité de l’année écoulée.

Les risques professionnels en baisse

On remarque que le nombre d’accidents du travail a diminué en 2020 (-17,7 % par rapport à 2019), ce qui peut s’expliquer par le contexte de la pandémie de Covid-19 et la mise à l’arrêt d’un nombre important d’activités économiques.

Une augmentation pour les années à venir

Cependant pour les années à venir, la commission des comptes de la Sécurité Sociale prévoit que la branche accidents du travail et maladies professionnelles retrouve une situation excédentaire du fait de la reprise économique.

Il convient donc de revoir les risques professionnels et les obligations de l’employeur, afin de pallier au maximum possible les accidents du travail.

 

Infographie :

amende stades (Publication Instagram) (Message Twitter)

Une nouvelle amende contre la violence dans les stades

Ce jeudi 16 décembre, les représentants des ministères de l’Intérieur, de la Justice, de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, de la Fédération Française de Football et de la Ligue de Football Professionnel se sont réunis afin de renforcer le plan sécuritaire des stades.

Une des mesures annoncées afin prévenir ou sanctionner la violence dans les stades, concerne la création d’une amende forfaitaire délictuelle (AFD) c’est-à-dire une sanction pénale qui est prononcée, en dehors d’un procès, par un policier, un gendarme ou un agent public habilité qui constate une infraction. Elle permettra de sanctionner les infractions prévues à l’article 332-8 du Code du Sport : l’introduction, la détention et l’usage de fusées ou d’artifices de toute nature dans une enceinte sportive.

Cette amende forfaitaire va permettre de réduire drastiquement le temps du procès. On se rappelle que jusqu’à présent il fallait attendre la décision d’un préfet ou d’un tribunal avant de prononcer une interdiction de stade.

Pour le moment, le montant de l’amende n’a pas été communiqué et son champ d’application doit aussi être discuté entre les ministères.

Source : Ministère de l’intérieur